Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
Le Journal des Débats du 13 octobre
On lit dans le Mémorial de Vaucluse :
« Un affreux malheur vient de frapper une famille de Joucas. Dans l’après-midi du 3 octobre, les époux GAUDIN avaient quitté leur maison d’habitation pour se livrer aux travaux de la campagne.
Ils avaient laissé leur jeune enfant, une fille de neuf mois, couchée dans son berceau, dans une chambre du premier étage et sous la surveillance de sa sœur aînée, âgée de sept à huit ans.
Mais celle-ci, au lieu de rester près du berceau, est bientôt descendue dans la rue pour jouer, et tandis qu’elle était hors de la maison, un cochon échappé de sa loge y est entré, a parcouru la cuisine et est monté ensuite au premier étage. Après avoir traversé deux greniers, il s’est introduit dans la chambre où était l’enfant au berceau. Il s’est alors élancé sur cette petite créature et lui a dévoré le visage. Quelques instants après, la mère est arrivée, et, apercevant les traces du cochon dans l’escalier, elle s’est empressée de monter. Le berceau était renversé, et l’animal furieux rongeait encore la tête de l’enfant, qui allait expirer. »

L’enquête généalogique :
Fany Françoise Irma GAUDIN, âgée de 7 mois, née à Joucas (Vaucluse), fille de Michel, et de Marie Rose ARGAUD, agriculteurs, est décédée le 3 octobre 1865, quartier des Daurellis, à Joucas.
Michel GAUDIN, cultivateur, domicilié à Joucas, né à Gordes (Vaucluse), le 23 mai 1822, fils de Marc Mathieu, décédé à Gordes, le 28 avril 1824, et de Marie MOLINAS, domiciliée à Joucas, s’est marié à Murs (Vaucluse), le 6 février 1845, avec Marie Rose ARGAUD, née à Murs, le 16 février 1821, fille de Joseph, cultivateur à Murs, et de Rosalie CHABERT, décédée à Murs, le 16 décembre 1837.
Marc Mathieu GAUDIN, cultivateur, domicilié à Joucas où il est né le 6 mars 1790, fils d’Antoine, décédé à Joucas, le 4 septembre 1807, et de Marie MATHIEU, décédée à Joucas, le 7 mars 1809, s’est marié à Gordes, le 15 novembre 1820, avec Marie MOLINAS, domiciliée à Gordes, née à Cabrières-d’Avignon (Vaucluse), le 1er ventôse de l’an 2, fille de Jean Antoine, décédé à Cabrières-d’Avignon, dans le courant du mois de fructidor de l’an 5, et d’Agathe GRUILLES, domiciliée à Roussillon (Vaucluse), veuve de Pierre Veran CABRIES, décédé à Gordes, le 31 octobre 1818.

Support : BNF Gallica, AD du Vaucluse, Geoportail
Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut