Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
aigremont 1Faire une Histoire familiale c'est retrouver des évènements passés, les compiler, les analyser, les digérer et les raconter à sa manière ... Ce que l'on pourrait d'ailleur aussi appliquer à l'Histoire, celle avec le grand H et le petit i !
Une fois que la généalogie a permis de retrouver qui était grand-père et grand-mère, leurs aïeux, cousins et collatéraux, il va de soi, qu'au delà de la quête absolue du collectionneur cherchant à battre le record de personnes dans sa généalogie, il faut s'intéresser aux faits et gestes de ses ancêtres. Difficile selon les périodes et le manque de documents et d'archives, la découverte de la moindre parcelle d'évènements concernant ces parents revêt une importance primordiale, en renforçant la connaissance que l'on a de ces derniers.
Il faut tout fouiller, tout regarder, tout scruter avec attention. La presse est aussi source de renseignements ...
Dans mes archives personnelles se trouvent quelques coupures de presse, dont une, du Gard Laïque, journal de la Fédération des Associations Laïques d'Éducation Permanente du Gard, datée de décembre 1962, a récemment attiré mon attention :

"Une visite d'étude à Aigremont
"avec les normaliennes de 4me année
"Le 20 novembre après-midi, le petit village d'Aigremont recevait les 28 normaliennes de la classe de formation professionnele. Il s'agissait pour elles de prendre contact avec un village, d'en connaître le milieu physique, économique et humain, de procéder à une enquête sur les loisirs et d'étudier le rôle des enseignants dans les domaines péri et post-scolaire.
"Une sortie analogue avait été effectuée en juin dernier dans le village de Lussan au cours du stage d'information sur l'éducation populaire qui fut réalisé pendant toute une semaine à l'École Normale. Les enseignements en avaient été si fructueux que Madame la Directrice tint à renouveler l'expérience et l'organisation de la sortie d'Aigremont fut confiée à la Fédération des Oeuvres Laïques.
"Ce fut une belle après-midi de travail et d'amitié. Tout avait été mis en oeuvre pour qu'elle soit à la fois agréable et laborieuse. Pour Aigremont, ce fut un jour exceptionnel, une fête même tant l'accueil y fut chaleureux, plein d'attentions.
"Une intéressante prise de contact
"La visite démarra par une prise de contact à la mairie avec le conseil municipal représenté par M. Maurin Georges et Mme Causse, adjoints, MM. Soirat, Sabatier et Lioron, conseillers municipaux. Des parents d'élèves participaient également à cette réunion.
"M. Soirat avait la charge de présenter le village dont les maisons se serrent en cercles autour du vieux château aux lourdes murailles sur une petite hauteur d'où l'on découvre la silhouette bleutée des Cévennes. Il fit un exposé trés détaillé sur les productions, l'habitat, faisant apparaître des conditions de vie trés satisfaisantes puisque pour une densité kilométrique de 22 habitants, chaque personne dispose en moyenne de 4 ha de etrres, que 80% des terres de la commune sont cultivées et que pour une population de 273 habitants on compte 57 voitures.
"La vie sociale du village fut évoquée avec des renseignements sur les religions et les opinions politiques et l'actualité avec les résultats du référendum et des élections du 18 novembre fournit des données concrètes (au référendum : 33% de oui, 67% de non ; aux élections : candidat socialiste 45%, candidat communiste 32%, candidat UNR 22%, candidat poujadiste 1%).
aigremont 2
"L'enquête sur les loisirs
"Après cette prise de contact, les traits du visage d'Aigremont inconnu une heure auparavant commençaient à se préciser. Il restait encore à mieux le connaître par une enquête personnelle sur les loisirs auprès de l'habitant. Les normaliennes réparties en 9 équipes se dispersèrent donc dans le village, interrogeant hommes, femmes, jeunes sur leurs loisirs, en particulier sur le sport, le cinéma, le tourisme, la télévision, la lecture. Et autour de la tasse de café, ce furent des conversations passionnantes. De quoi avoir une vue précise sur les dominantes dans ce domaine et établir une relation intéressante entre les conditions de vie et les loisirs.
"Coopérative scolaire et Amicale Laïque
"Le milieu ayant été exploré le plus méthodiquement possible, il restait à connaître le rôle qu'y jouent Mme et M. Soirat, instituteurs dans le village depuis 4 ans. Ce fut l'objet d'une amicale conversation dans une salle de classe pendant plus d'une heure.
"La gestion et les activités de la coopérative scolaire furent précisées : administration par les enfants sous le contrôle discret de l'instituteur, tenue des réunions, recherche et utilisation des ressources, journaux d'enfants, etc ... toutes activités qui lient l'école au milieu et préparent l'enfant à la vie sociale.
"L'action de l'Amicale Laïque dans le village pour la défense et le rayonnement de l'école (action laïque, fête, voyage annuel, bibliothèque) montra éloquemment le rôle essentiel que peut jouer le personnel enseignant dans le domaine post-scolaire, notamment auprès des jeunes.
"Réception à la mairie
"Cette après-midi de travail devait se terminer à la mairie où M. Perrigot, maire de la commune et conseiller général du canton, entouré de son conseil municipal recevait les jeunes visiteuses pour un vin d'honneur.
"Dans son allocution, il dit sa joie de recevoir de futures institutrices et de leur montrer un village heureux, particulièrement attaché à l'école laïque. Il rendit hommage à Mme et M. Soirat pour l'oeuvre accomplie dans le village.
"M. Sarran clôtura la journée en remerciant M. Perrigot, le conseil municipal, Mme et M. Soirat et tous les parents d'élèves dont l'accueil particulièrement chaleureux avait contribué largement à rendre cette visite particulièrement fructueuse."
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut