acighf log1Le généanaute souhaite une bonne et heureuse année à toutes celles et tous ceux qui fréquentent les dédales du site, et trouvent, leur souhaitant, quelques feuilles et événements à ajouter à leur arbre généalogique.
Les parutions des faits divers sont interrompus depuis le 31 décembre 2015. A ce jour, les années 1863 et 1864 sont terminées, l'année 1865 le sera dans quelques mois. Si vous souhaitez lire ces publications, les livres seront imprimés dans le courant du second semestre 2016 et proposés à la vente. Ce sont des milliers de noms de lieux et de personnes qui sont évoqués, des centaines de faits divers, des mines pour le généalogiste mais aussi pour l'historien à la recherche d'histoires vécues au cours du dix-neuvième siècle. Si vous souhaitez être tenu informé, n'hésitez pas à me le faire savoir !

illus 055Ce vendredi à midi je pars avec mes listes de mariages, contrats notariès et autres généalogiqueries à découvrir, aux Archives Départementales de mon beau département. Je n'y suis pas si souvent que cela en ce moment, occupé à des tas de choses d'un côté et de l'autre ... La généalogie dans le fauteuil quoi ! Agréable surprise, le bâtiment n'a pas bougé ! Non, cela ne fait pas si longtemps que j'y suis venu ... Le bâtiment est toujours là, la plupart du personnel aussi, quelques têtes nouvelles et jeunes toutefois. Je m'enregistre, en évitant de demander une table, cela fait un peu restaurant ... Je commande, là aussi cela fait un peu restaurant ... La généalogie, ça se déguste non ? Bref, je commande quelques notaires, histoire de faire bien, et me dirige vers la salle des microfilms où je m'apprête à lancer un grand bonjour avant de m'apercevoir que la salle est vide ; je dis bonjour quand même, c'est un réflexe. Un grand nombre de lecteurs de microfilms sont "marqués" par une boîte de bobine, par un petit cahier, des papiers ... On sent le généalogiste qui tient à son appareil, réserve sa place parce qu'il est allé déjeuner et veut retrouver tout intact, ça m'agace mais depuis le temps je m'y suis habitué et je me dis que dans quelques années je ferai peut-être pareil - euh non, je ne crois pas !

Je range tous les classeurs, vénérables instruments de recherche, éparpillés sur la table, relève les cotes dont j'ai besoin et commence à lire mes bobines ; je retourne à la table des recherches, note des cotes etc. L'heure passe, je suis en train de compulser un classeur lorsqu'arrive quelques personnes : pas un bonjour. Je me touche, je suis bien réel, vivant, debout devant eux, avec de la consistance, une présence quoi ! Non, non, rien de rien, ils n'ont pas du me voir, c'est la vieillesse, le refus des verres progressifs, ils ont du me confondre avec un des piliers ...

illus 029Les premières notions de généalogie que l'on vous donne n'omettent jamais de traiter de la numérotation des personnes. Reconnaître, identifier, classifier et répertorier les individus grâce à des ensembles de nombres est une manie humaine qui n'a d'équivalent que dans l'identification par des ensembles de caractères définissant des noms, des prénoms, des surnoms, des prête-noms et des alias en tout genre. Cette manie généalogique a des répercussions assez inattendues puisque l'on nomme un ancêtre dans une lignée directe un "sosa" ; de cette fameuse numérotation dite "Sosa-Stradonitz", ne portant d'ailleurs même pas le nom d'une mais de deux personnes ! On apprendra ainsi au futur généalogiste qui vous regardera, du début de votre intervention à la fin, avec des yeux écarquillés et la bouche pendante, que les hommes ont des numéros pairs, les femmes des numéros impairs et que les uns sont les multiples des autres et que les autres sont les multiples des uns moins un ! Ainsi on débutera avec le n°1, qui pour une fois ne sera pas forcément une femme (vous suivez ?), et l'on continuera avec son père, le 2, puis sa mère, la 3 (là c'est bien impair et c'est une femme !), et ainsi de suite. Ce qui vous permettra de connaître vos ancêtres en se référant au n° 1.391.114.240, ce qui, vous l'avouerez, est nettement plus commode et parlant que de dire "Eudes de BLOIS", vous rajouterez en plus qu'il est l'époux du n° 1.391.114.241, ce qui est d'une facilité reconnue par rapport à "Ermengarde d'AUVERGNE".
Je ne suis pas un numéro ! Nos logiciels, nos ordinateurs ont cette capacité, même s'ils ne traitent que des chiffres, de pouvoir nous proposer des représentations de généalogies comportant des noms, des prénoms, des surnoms, signalant par divers symboles une lignée directe, des personnes sans descendance ou sans conjoint, tout un ensemble de visualisations ne nécessitant pas la présence d'un numéro quelconque.

illus 056Ce n'est pas vers la musique ni la motorisation de nos véhicules que ce texte va nous entraîner, mais plutôt vers une sectorisation de la généalogie. Rien d'indispensable toutefois, mais pouvant éventuellement servir de repères aux généalogistes cherchant à mieux cerner les possibilités de recherche et les situations temporelles.Avoir en tête ces grandes époques peut favoriser la recherche en associant tel ou tel type de document à telle ou telle de ces périodes. La progression en difficulté pour trouver des documents ainsi que la formation du généalogiste fait aussi partie de cette linéarité ; n'oublions toutefois pas que chaque cas est un cas particulier et que nous aurons plus de facilité parfois à trouver des informations dans un quatrième temps que dans le premier, c'est l'ensemble des documents disponibles qui détermine cette progression.
Commençons donc, et interrogeons-nous ... d'une manière générale

Premier temps
Tout ce qui concerne les proches, c'est le début, la famille. Période à la longueur variable selon les individus et les documents disponibles, mais généralement se situant facilement de la période contemporaine au début du 20ème siècle. Période parfois difficile à appréhender parce que, même si l'on connaît certains de ses ancêtres, on n'est pas forcément en possession des pièces prouvant les filiations. On trouvera quantité de documents disponibles, tant dans les familles que dans les institutions nationales. C'est aussi bien une récolte de témoignages oraux que de rencontres sur Facebook ou de quêtes du grand-père ayant fait une des deux Guerres Mondiales. État-Civil, livrets de famille ou militaire, photos et diplômes, listes électorales, recensements sont quelques unes des pistes les plus utilisées. La recherche des descendants proches, des cousins plus ou moins éloignés est une partie du travail à effectuer pendant ce moment.

illus 005C'est vrai, je le répète souvent, la généalogie, ce n'est pas l'Histoire familiale. C'est un moyen, une partie, un outil, mais ce n'est pas une fin en soi, bien que ... le terme désignant de nos jours tout ce qui concerne, justement, les événements, les liaisons, les personnes d'une même famille, nous en faisons une généralité.
Mais ce qui me fait dire que cette partie de l'Histoire familiale qu'est la généalogie se différencie du reste c'est, qu'à priori, il s'agit d'une science ayant pour objet le dénombrement par filiation des ancêtres d'un individu. Ce dénombrement se réalise bien souvent grâce à des actes authentiques, d'État-Civil, paroissiaux, de notaires, d'imposition etc ... Ces documents, comme ceux du mariage, permettent de se faire une idée de la famille grâce aux professions, aux âges, aux témoins etc., l'imagination fera le reste. Aussi, quand nous avons un acte relevé ainsi :
"Constant MOMON, tonnelier, domicilié avec ses parents à Accolay (Yonne), où il est né le 9 décembre 1842, fils de Charles Victor, marchand de vin, âgé de 46 ans, et d’Anne BILLAUDOT, âgée de 48 ans, s’est marié à Accolay, le 28 mars 1865, avec Marie Alexandrine SIROT, couturière, domiciliée avec ses parents à Accolay, où elle est née le 8 juin 1846, fille d’Alexandre, propriétaire, âgé de 43 ans, et de Marie Jeanne PHILIPPON, âgée de 42 ans. Charles MOMON, propriétaire, domicilié à Accolay, âgé de 73 ans, aïeul de l’époux, est présent."

illus 039Nous vivons un monde de communication formidable !
Et les généalogistes de s'esbaudir devant la prochaine mise en ligne des archives du Jura. Chouette ! A condition toutefois que la commune recherchée fassent partie des heureuses élues !
Et nos toujours gentils généalogistes de tirer à boulets rouges sur le Gard, mauvais élève. Pourtant, comparé à d'autres départements qui osent dire que leurs archives sont en ligne, le Gard offre un bel ensemble sur le web. Certes les Archives Départementales ne proposent que les registres matricules pour quelques années, bien indexés, mais le site Brozer est une véritable mine d'actes pour le chercheur ayant des ancêtres dans le Gard.
Chauvin certes, mais réaliste aussi, je ne mets pas le Gard dans les dernières positions pour la disponibilité de documents. Si notre voisin l'Hérault fait preuve d'une magnifique mise en ligne de nombreux et variés documents, que notre Lozère amie s'est dotée de beaux outils ainsi que les nombreux départements voisins, on aura bien du mal à trouver quelque chose dans certains coins et époques de la Gironde, du Finistère, des Hautes-Pyrénées, du Gers, de la Seine-Saint-Denis, du Jura, de la Moselle, de la Haute-Savoie, du Doubs ou de la Réunion. Certains de ces départements ne se préoccupant absolument pas de la majorité de leur clientèle, les généalogistes, et mettant en ligne des documents, d'un intérêt certain pour l'archiviste et d'une plus que relative attention desdits généalogistes. Il est plus facile de faire des recherches en ligne dans le Gard que dans la plupart de ces départements.

illus 051Un généanaute est un généalogiste dont une des cordes de son arc est la recherche généalogique grâce à Internet ; recherche s'étendant à l'échange, la demande, la mise en ligne, le partage, l'animation ainsi qu'un grand nombre d'activités variées.
En une vingtaine d'années, cette manne électronique a pris une ampleur que nous aurions eu bien du mal à préciser dans ses temps d'expérimentation et de découverte de ces nouveaux univers, et par là même la somme d'information et les différentes possibilités d'accès se sont multipliés. Il est pourtant étonnant, mais habituel, de voir les généanautes englués dans des cercles plus que fermés, bien souvent par manque d'informations ou par paresse intellectuelle, créant des univers, des langages, des comportements et des idéologies frisant la science-fiction.
Il n'est cependant pas très compliqué de s'en évader.
Nous allons prendre comme support le web et le bidule dont se sert le plus grand nombre, ce que nous appelons un explorateur, un butineur : Internet Explorer, Firefox, Safari ... Ce logiciel est configurable, comme la plupart des logiciels d'ailleurs ! Et il vous faut le configurer, c'est à dire qu'il va falloir le "faire" à votre main, c'est vous qui dirigez, pas le programme. Abordons sous windows, et pour Internet Explorer ou Firefox, quelques idées de dispositions. Mon premier conseil donc, faites un tour dans les menus ; ils n'y sont pas, bien entendu, essayez un petit clic droit sur la partie haute de la fenêtre, vous devriez voir barre de menus, cliquez !

illus 011On vit un monde généalogique formidable, à la limite de la plume et de l'octet, en perpétuel équilibre entre le registre et le .doc ; un plaisir de tous les jours que j'avoue savourer bien volontiers lorsque je me confronte à la multitude de chercheurs fouillant des tonnes de vieux papiers à la recherche de leurs ancêtres. Et même si, mode aidant, la plus grande partie fouille désormais les écrans, pas assez grands, de leurs ordinateurs, je constate que la photocopie et le papier détiennent une part "d'authenticité" bien plus importante qu'à ce qu'il n'y paraît ...
On a beau dire, encore une fois, et on a beau faire, ces bouts de papiers contenant trace d'un acte de naissance, d'un contrat de mariage, d'une quittance font encore recette et continuent à remplir les placards. Mais que vont faire de tout ça nos enfants : à la poubelle ! C'est bien là leur seule utilité, car à quoi cela sert-il d'empiler des preuves papiers sans les relier à un document lisible, finalisé et utilisable par le plus grand nombre ?

Recherches

Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut