illus 016L'acte ou le registre, la preuve tant convoitée par le généalogiste, digitalisé, numérisé, océrisé, dématérialisé est légion sur la toile. De la photo du petit dernier au testament joliment orné de ses nombreux cachets de cire, le quidam, tout comme le professionnel ou la collectivité mettent en ligne de nombreux documents.
Nous passerons ici sur les droits d'utilisation qui relèvent plus d'un combat juridique entre quelques requins ayant flairé le "bon coup" que de l'usage raisonné et fort restreint qu'en font les généalogistes ... un sou c'est un sou.
Je préfère toutefois m'amuser d'un petit élément qui attire mon attention, une fois la découverte et la laborieuse transcription effectuées, dans le coin en bas à gauche le plus souvent, mais parfois à droite, en haut, sur le côté ...

Pour ceux qui ne connaissent la généalogiqe que par internet associé, sachez que les actes que vous lisez, les photos que vous tentez de décrypter proviennent de livres, d'albums, de registres composés, pour certains, d'un très grand nombre de pages réalisées à partir de papier. Et c'est là qu'apparaît une difficulté que le photographe amateur, utilisateur du smartphone ou de l'appareil photographique numérique, aura bien du mal à résoudre, une fois trouvé le mode manuel et le bouton "flash off".

illus 026En cette nouvelle année, il est de coutume de prendre de bonnes résolutions, comme toutes les fois où, ressourcés par de belles et bonnes vacances, par une ambiance de détente et comme pour donner un nouveau sens à une époque de notre vie, nous nous lançons dans une nouvelle aventure. Celle de la généalogie est pour nombre d'entre nous un quotidien qui rythme nos journées à grands coups d'ancêtres, d'archives, de contes et légendes, de décryptage de vieilles lettres, d'échanges multiples et variés sur Internet, de longs débats avec les membres de la famille, les voisins et le généalogiste du coin. Au milieu de tout cela règne assez souvent un mélange des genres, des actions entreprises, de volontés d'aboutir, pas tout le temps évident à percevoir. La nouvelle année va nous aider, prenons donc des bonnes résolutions :
Résolution A : j'effacerai le fichier de 245.326 personnes que j'ai mis en ligne sur Geneanet et en reconstruirai un autre, avec des noms, des dates, des événements, des ancêtres que je peux appréhender. J'arrêterai du même coup de fusionner dans un seul et même fichier tous les gedcoms que je vois passer sous le curseur de ma souris.
Résolution B : je réviserai mes fichiers généalogiques en m'assurant que pour toutes les personnes citées j'ai bien leurs lieux et dates de naissance, d'union et de décès, si toutefois, dans les deux derniers cas, cela leur est arrivé ! Et, si je ne trouve pas un de ces éléments, je préciserai dans les notes pourquoi.
Résolution C : je n'enverrai plus les recettes de cuisine de ma tante Alberte sur les listes de discussions généalogiques, suscitant à chaque fois l'émission de 245 posts sur les différentes façon de préparer le boeuf bourguignon ou la soupe aux choux, même si la tante Alberte est née à Dijon et que ses recettes, secret de famille jusqu'à ce jour, étaient une institution régionale.

illus 038Aujourd'hui le Réboussié (*) de naissance que je suis est plutôt content en voyant la tournure de beaucoup de généalogies et les prises de consciences de nombreux généalogistes.
Est ce l'effet centenaire 14-18 ? Et donc la prise en compte d'événements autres que la naissance, le mariage et le décès de nos parents, voire les quelques archives qui mettent en lignes autre chose que l'état-civil et les registres paroissiaux. Toujours est-il que je rencontre de plus en plus de généalogies voisinant la biographie et les références à des actions et des participations diverses de nos ancêtres dans leur vie quotidienne. Détrôneront-elles le sempiternel et unique arbre généalogique, souvent moche et blasonné façon cucu-la-praline, histoire de se prendre pour un Bourbon dans sa galerie (oui mais sans glace ! On n'est pas à Versailles !) ?
Je le pense réellement, je pressens comme un léger frémissement (c'est dire que c'est naissant). Les blogs généalogiques, qui sont un bon moyen pour le quidam de publier sur un site des récits, des anecdotes, des histoires, sans avoir connaissance d'un quelconque langage HTchose ou Javamachin, en sont bien une preuve : ils regorgent de cette histoire, petite et locale, qui fait toute la saveur d'une généalogie correctement exprimée.

illus 034J'avoue bien humblement admirer tous ces mathématiciens, calculateurs, statisticiens qui jonglent avec les nombres, les formules, les équations et autres abaques depuis la nuit des temps à nos jours. Admiration parce que mes réticences, et donc mes incompétences, dans ces domaines sont aussi nombreuses que ces fameuses puces sur la tête de ces non moins fameux chiens !
Et pourtant ... généalogistes, que ne vous êtes vous pas trouvés en présence de calculs, statistiques, équations à résoudre ! Rassurons-nous toutefois, cela n'est pas d'un niveau aussi élevé que celui des passionnés cités plus haut ; je ne serai pas généalogiste, cela va de soi. Quant aux débutants, ne fuyez pas, le baccalauréat S n'est pas nécessaire.

Mais, vous devrez toutefois, par exemple, très souvent soustraire :
Problème : Lors du mariage de Charles DUPONT, en 1837, son père avait 52 ans. En quelle année son père est-il né ? Vous avez dix secondes ...

illus 032Une question qui revient bien souvent, avec des attentes tout aussi nombreuses : "Quels sont les outils informatiques dont vous vous servez pour votre généalogie, et comment faites-vous ?".
Puisque cette demande est si forte, je vais vous révéler le plus grand de mes secrets de généanaute, comme on disait dans un temps où on faisait tenir une généalogie sur une disquette, à propos des virus : "Le meilleur outil de l'informaticien, qu'il soit généalogiste ou autre, se situe entre le dos de sa chaise et le clavier." Et je rajouterai bien que ce qui se trouve au dessus des épaules a un rôle prépondérant.
Internet, l'informatique les ordinateurs, les tablettes, les smartphones et autres logiciels de tous poils sont la même chose pour un généalogiste que la binette, le motoculteur, la bêche, le tracteur et l'arrosoir pour un jardinier. Si l'on ne sait pas s'en servir, que l'on ne sait pas à quoi ça sert et que l'on ne prend pas la peine de lire le mode d'emploi, on va s'exposer à de nombreuses déceptions.

Comme bien souvent lorsque je conseille quelqu'un à propos de généalogie, je lui demande ce qu'il souhaite faire et quel but il aimerait atteindre. A partir de là, nous sommes en mesure de conseiller les outils. Il paraît donc impossible de vous dire quels sont ces meilleurs outils. Celui qui vous conviendra à merveille pour arriver à votre but sera impraticable pour quelqu'un d'autre.

gen coup press illus 0023Le dernier volume consacré aux coupures de presse de l'année 1865 étant terminé, je vous propose ci-après les noms et les lieux qui sont référencés.
Pour rappel, ces coupures de presse sont extraites, pour chaque jour de l'année 1865, des principaux journaux de l''époque, et sont suivies d'une rapide étude généalogique du ou des protagonistes cité dans l'article.
En majuscules, les noms de famille, avec la précision s'ils sont étudiés ou cités et en minuscules, les lieux.

Abainville
Abbeville
ABD-EL-KADER-BEL AOUFI
ABRANI (étudié)
ABRIOUX
Accolay
ADAM (étudié)
ADERER (étudié)
AGERON (étudié)
AGERON GAILLARD (étudié)
Aguilcourt
AGULHON
Ailhon
AILLET (étudié)

illus 023Le généalogiste est, comme nous le savons tous depuis quelques temps déjà, une personne qui effectue des recherches sur la filiation des individus. Et, comme nous l'avons également dit plusieurs fois, ces recherches se complètent en de nombreux domaines pour arriver à une Histoire familiale ; mais cette quête n'est pas une évidence pour tout le monde. En effet, nous croisons dorénavant sur les différents réseaux auxquels nous sommes interconnectés, un grand nombre de généalogistes aux buts peu précis, aux ambitions délirantes, aux collections exhubérantes. Venant de leur part on ne peut que s'attendre à une vague information concernant un de leurs 250.000 individus recensés pour l'instant.
Ces énormités, ces entités généalogiques dégoulinant de toutes parts d'une apocalyptique mise en relation avec des personnages aussi différents qu'Attila, Charlemagne, l'abbé Pierre, Mireille MATHIEU ou Mickey, proviennent de multiples fichiers, de logiciels et sites proposant une aide "précieuse" afin que vous réalisiez le plus parfaitement possible votre généalogie.
Et nous constaterons la disparition de l'imaginaire, de la créativité, de la curiosité. Le généalogiste va s'appliquer à trouver quelques relations pré-mâchées et vous les resservir toutes chaudes enveloppées dans le même papier que celui du voisins du dessus et de la voisine de gauche ! Heureusement, nous ne sommes pas comme cela.
Internet, les logiciels, les réseaux, les bases de données sont là pour nous aider, nous guider, permettre de dénouer des liens pour lesquels il nous aurait fallu des mois, voire des années, de recherche. Mais lorsque tous les éléments sont retrouvés, classés et répertoriés, leur communication ne doit plus être le seul fait d'une machine à fabriquer des lignes de caractères indigestes pour les uns, monotones pour les autres, déjà vues pour la plupart.

illus 041C'est tendance, bien entendu ! Les concepts d'un côté et de l'autre prennent aussi l'ascendance sur nos poussièreuses généalogies, en attendant une fulgurante descendance ... Et le machinwashing fait partie de la tendance.
Cette notion, très utilisée par les grandes marques pour se targuer, par exemple, de plus d'écologie, c'est le greenwashing, un mea-culpa de la si précieuse communication d'entreprise ; et elle me donne l'impression de conquérir la généalogie. Certes nous n'en sommes pas encore au cassoulet certifié généalogie 221F parce que c'est la recette officielle des ancêtres du traiteur local, mais ... les débuts sont prometteurs et l'on voit quelques généalogistes, des associations, des sites web orner leurs devantures de nouvelles orientations, toutes généalogiques, et pour le plus grand bien de tous, nous accédons au généawashing. Le moindre prétexte à inclure la généalogie dans le moindre interstice culturel, historique, éducatif etc. où il fera le plus grand bien à tous, petits et grands, et surtout à son créateur qui se targuera d'une mission certes pas divine, mais pas loin ...
Le généawashing traite ainsi de tout et passe à la moulinette du blanchiment un vaste ensemble de domaines qui font la richesse de cette discipline, nous les avons déjà évoqués : histoire, onomastique, géographie, ethnologie etc. Ainsi si tout est prétexte à faire de la généalogie, tout ne devient pas généalogie et cette miraculeuse machine à laver, et souvent à déteindre, le linge de nos ancêtres ne doit pas nous faire transformer notre passion en une paranoïa aveuglante. J'avais déjà évoqué cette attitude lors d'un article à propos de ce que l'on nomme "Tunnel vision" chez les gamers (voir ici). Si nous justifions toute nos actions et nos positions autour de la généalogie, nous finirons par ne plus voir, comprendre, appréhender ce qui se passe autour de nous.

Recherches

Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut