Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
Le Temps du 30 décembre
Une affreuse catastrophe, dit l’indépendant de Saintes, vient de plonger la ville de Royan dans la stupeur et la consternation. Dans la nuit de Noël, une douzaine de personnes se trouvaient au Café des Bains, qui est éclairé au gaz portatif. Vers les deux heures et demie, le gaz commençant à baisser, on engagea M. GABORIAUD, le maître de café, à descendre à sa cave, où se trouve l’appareil du gaz, afin d’augmenter la pression.
A peine était-il descendu, qu’on vit accourir le garçon épouvanté et criant : Au feu ! Déjà les flammes, qui avaient envahi la cave, le poursuivaient dans l’escalier. Les consommateurs présents n’eurent eux-mêmes que le temps de se sauver, abandonnant leurs pardessus et leurs manteaux. En un instant, la maison tout entière fut envahie par l’incendie.
La mer étant très basse à cette heure, on ne put prendre de l’eau qu’aux puits du quartier. Les efforts des pompiers et des habitants parvinrent cependant à préserver les maisons voisines, mais le café tout entier fut détruit ; il n’en reste que les murs.
Mais qu’était devenu M. GABORIAUD ? Les recherches faites dans les décombres de la cave ont été sans résultat. On suppose que cet infortuné, atteint par les flammes, se serait précipité dans la glacière qui se trouvait à côté du compteur et où il aura aussi trouvé la mort. Mercredi matin, au départ du courrier, on n’avait pu encore déblayer la cave et la glacière.
Au second était couché un petit garçon de huit ans, fils de M. GABORIAUD ; au moyen d’une échelle, on put arriver à sa chambre par la fenêtre et l’enlever du milieu des flammes. Mais, atteint par le feu, brûlé aux jambes et au ventre, ce malheureux enfant était dans un état désespéré.
Pendant ce triste événement, Mme GABORIAUD était à la messe de minuit. On comprend la douleur qu’elle a dû éprouver en arrivant chez elle.

L’enquête généalogique :
Frédéric GABORIAUD, cafetier, âgé de 31 ans, né à Royan (Charente-Maritime), fils de Jean René, et de Victoire CHAUVET, époux de Céline Anne RAYNOL, est décédé à Royan, le 25 décembre 1865, dans l’incendie du café des Bains, sa demeure, et retrouvé le 27, dans les décombres.
Jean René GABORIAUD, postillon, domicilié avec ses père et mère à Cognac (Charente), où il est né le 3 brumaire de l’an 2, fils de René, tourneur en bois, âgé de 55 ans, et de Marie GARNIER, s’est marié à Cognac, le 24 octobre 1815, avec Victoire CHAUVET, domicilié à Cognac depuis 3 ans, née à Tanzac (Charente-Maritime), le 20 avril 1793, fille de défunt Jacques, laboureur, et de Jeanne GILLARD.

Support : BNF Gallica, AD de la Charente-Maritime, AD de Charente, Geneabank, Géoportail
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px