Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
veauPour la énième fois, je viens de suivre un lien me propulsant droit vers un article de blog (un site internet quoi, mais en moins complet et plus "assisté") analysant le pour, le contre ... et le reste, de la diffusion de ses travaux sur Internet.
Bien entendu cela ne concerne que les diffusions sur les grands sites tels Geneanet, Généatique, Heredis et autres ... et relève encore une fois le danger (?) du pillage des données, de la non divulgation des sources et toute la litanie habituelle relevant de ce genre de discussion.

J'avoue bien humblement ne me servir que très peu, en tant que fournisseur, de ces services, préférant les divers sites que je gère pour diffuser de l'information généalogique. Et bien entendu je rate tout un tas de possibilités de contacts avec de futurs cousins, oncles, tantes, neveux, nièces etc ... Mais comme j'ai tendance à penser que nous sommes tous cousins, je finirai bien par m'y retrouver !
Mais pour cela, je pense que le temps va me manquer ... alors je préfère continuer comme je l'ai toujours fait, sans diffuser ma généalogie sur ces sites, d'une grande utilité pour la recherche je le concède, mais à la fiabilité plus que douteuse. Fiabilité douteuse parce que, sans véritable contrôle, on obtient un amalgame de données dans lequel les erreurs, récurrentes, les personnages, répétés à l'infini, obligent à une vérification minutieuse.

Certes, mais si plus personne ne diffuse de données, comment le chercheur va-t-il retrouver ses petits ?
Il n'est pas question de ne plus diffuser ses données, il s'agit plutôt de considérer une information comme fiable, citant ses sources, vérifiée et authentifiée, déposée sur ces sites dits "de partage". Autrement, on peut, sur un blog, un site, mettre en ligne une généalogie. Et cette généalogie ne serait pas un alignement de personnes mais plutôt un texte, une présentation de ses travaux sous forme rédigée, obligeant en cela les personnes intéressées à lire et à recopier ce qui correspond à leurs propres travaux. Cela ralentirait les "pompages" excessifs et fiabiliserait le généalogiste, voire créerait des liens par courrier ou tchat interposé. Même un blog permet cela ...
La difficulté de telles démarches est de trouver toutes ces informations dans la sphère internet, web plus particulièrement, et pour cela, nous avons de précieux alliés avec les moteurs de recherche ; mais combien savent les utiliser ?
Le nombre de sites personnels présentant des généalogies est très important. Trouvez donc un moteur de recherches et tapez dans la barre de recherches les prénoms et noms d'un couple dont vous recherchez l'ascendance ; une fois le tri effectué dans les publicités, grands sites de bases de données et autres, vous découvrirez sans doute une personne qui a mis en ligne tout ce qui vous intéresse ! 2% des généalogistes utilisent cela !

Considérons donc Internet comme un outil, et non pas une fin en soi. N'en devenons pas esclave et préférons une utilisation libre et consciente à l'ignorance brute caractérisant  le veau signalé par un de nos Présidents !
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut