Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
generalite histoireCe qui est amusant dans les discussions autour de la généalogie, le plus souvent avec des néophytes, mais peut-être pas uniquement, c'est la somme de poncifs exprimée.
Nous en connaissons la plupart, et nous en amusons. Mais cet amusement n'est que la représentation du manque de connaissances de l'un par rapport à l'ignorance de l'autre. Et donc, l'apprentissage, la formation, l'éducation comblent cette différence, permettent de mieux se comprendre et échanger.

Parmi ces grands classiques d'évidences galvaudées on trouve la disparition de toutes les archives au moment de la Révolution, ou le mariage à un jeune âge de tous nos ancêtres. Force est de reconnaître qu'il y a des évènements prouvant ces théories, parce qu'à tel endroit l'église à été brûlée par des révolutionnaires, plutôt pillards sans doute, et qu'à tel autre la jeune Marguerite à été mariée alors qu'elle n'avait que quatre ans.

Cela montre bien que si l'Histoire se conforme à des généralités, elle n'exprime pas toutes les particularités vécues. Nos ancêtres ont pu vivre dans la pire des époques dans le meilleur des conforts, faisant allègrement fructifier leur pécule ; à l'inverse d'autres aïeux ont pu souffrir alors que l'époque était aux Beaux-Arts, au développement des grandes idées, aux grandes et belles récoltes. C'est cela qui fait la particularité de la Généalogie, elle ne peut se rapprocher de l'Histoire que dans de grandes lignes directrices qui lui permettent de comprendre un contexte local. Ce pourrait être le cas aujourd'hui aussi, ça ne l'est pas parce que la particularité tend à rattrapper la généralité ; nous avons tendance à oublier le contexte général pour nous fixer sur des évènements particuliers et en faire des généralités ! Fournir l'exemple ne prouve en rien son universalité.
C'est un écueil à aborder en généalogie : ne pas faire d'une constatation locale une vérité générale. Ce n'est pas parce que sur quatre générations on se marie chez la future épouse que le contraire ne sera pas valable à la cinquième génération. Se fixer des règles de recherche permet bien évidemment de structurer cette dernière, mais s'empêcher de les transgresser au motif de leur fiabilité "prouvée", marque le peu de curiosité du chercheur, et donc son inefficacité.
Nous chercherons donc dans des archives bien antérieures à la Révolution, même s'il nous arrivera de buter sur celles de tel village, entièrement détruites par quelques fanatiques. Fixons nous des règles de recherche générales et adoptons-les, elles nous permettront de régler la plupart des cas. Mais n'hésitons pas à aller voir "à côté" lorsque ces règles semblent quelque peu malmenées, et uniquement à ce moment-là, sinon ce serait une perte de temps et un gâchis intellectuel manifeste.

Photo d'illustration - Photo-libre.fr
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut