Alain Soirat généalogiste    
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
republique moissonLe 28 prairial de l'an II de la République, les administrateurs du district de Nîmes écrivent aux communes pour réclamer des bras afin d'aider les citoyens d'Héraclée.
Le contenu de la lettre est clair, net et ne laisse place à aucune discussion ; c'est le reflet de l'époque, une grande fraternité tenue par une pression constante sur le peuple autour d'un idéal commun. La pensée différente de la pensée révolutionnaire est une mauvaise pensée, il n'est plus question d'en discuter. La Terreur fait son oeuvre dans toute la France, mais Robespierre ne va pas tarder à chuter.

Nîmes 28 prairial an 2 de la République une et indivisible

Citoyens
Nos frères d'Héraclèe réclament des bras pour couper leur récolte. Tout doit céder devant un besoin aussi pressant et auquel tend toute la prospérité publique. Sans doute la malveillance se plait à refuser ses bras pour nous mettre dans l'impossibilité de recueillir le fruit de nos travaux et les bienfaits de la nature. Le temps presse, il faut se hâter de déjouer cette machination perfide, il faut découvrir les hommes pervers qui, sans doute, y coopèrent, et les livrer au glaive de la loi. C'est à vous, magistrats du peuple de nous seconder dans cette pénible position. C'est à vous à nous aider à découvrir les coupables. Il en est, oui, il en est qui préfèrent livrer leurs bras à la culture des vignes parce qu'ils trouvent à cela le moyen de servir leurs intérêts particuliers et leur cupidité criminels. C'est ces monstres dénaturés qu'il faut enfin démasquer au nom du salut de la patrie, au nom de nos frères d'armes qui versent leur sang pour repousser les vils esclaves des tyrans coalisés contre nous. Empressez vous de requérir tous ces hommes coupables : qu'ils aillent aider à nos frères d'Héraclée, et lorsque la récolte de votre commune sera prête, rappelez-les dans leurs foyers pour vous aider à la recueillir.Afin que tout autre travail cesse jusqu'à ce que celui-ci soit terminé, que nos frères qui ont été dans l'usage de couper ou faucher, quittent tout, que ceux qui travaillent à tout autre métier l'abandonnent et apprennent enfin celui sans lequel ils n'auraient aucune existence. Que tout travailleur qui sera trouvé occupé à tout autre travail soit regardé comme suspect. Si vous avez procédé en conformité des lois au recensement des travailleurs, il vous sera facile de connaître ceux qui peuvent être requis. Enfin, prenez telle mesure que votre prudence, botre sagesse, votre amour pour la patrie pourront vous suggérer pour triompher de tous les obstacles que nous opposent la malveillance et l'aristocratie. Votre négligence serait dans cette circonstance, le plus grand crime de lèse humanité, et votre responsabilité serait entièrement compromise si vous ne vous hâtiez de répondre aux voeux de nos frères.
Les administrateurs du district de Nîmes. (signatures de Dévèzes, Collet et Dupuy)
P.S. nous vous invitons de vous prêter d'une commune à l'autre les hommes que vous aurez de reste, comme de vrais républicains.

28 prairial de l'an II : 16 juin 1794
Héraclée : Saint-Gilles-du-Gard
Image d'illustration tirée de "Cinq vignettes figurant la République, sous la figure d'une femme portant des attributs divers", sur Gallica.
logo geneanaute
Portail généalogique
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px