Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
telephoneJe me sers de Geneanet comme outil de recherche pour mieux cerner un groupe familial, identifier un couple, un lieu. J'avoue n'y puiser que peu d'informations concernant les individus, je trouve beaucoup trop d'erreurs, et le réflexe consistant à aller vérifier systématiquement la véracité de ce qui est écrit, me pousse à sauter l'étape de notation de ces données produites on ne sait trop comment. Certes, un grand nombre de généalogistes présents sur Geneanet, doivent respecter les critères basiques de la recherche, mais comment les détecter si ce n'est en passant un peu de temps avec, en entretenant discussion, échanges de courriers, meilleure connaissance ; il y a hélas trop de monde pour se permettre ce genre d'enrichissement social, le temps manque !

De temps en temps, grâce à la messagerie de Geneanet, je glisse un petit message, un conseil, une rectification de dates, une demande à propos d'une famille. J'obtiens bien peu de réponses.
Récemment, j'ai informé un utilisateur d'une erreur concernant la date de décès d'un de ses ancêtres, qu'il avait confondu avec son frère, prénom ressemblant, et femmes soeurs. Bien que se connectant régulièrement, cette personne n'a rien modifié, ne m'a pas répondu.
Autre personne aux abonnés absents, ayant dans sa famille un nombre de cousins célèbres à faire pâlir d'envie le bon bourgeois à la recherche d'une noblesse prestigieuse, qui fait se marier l'auteur des Lettres de mon Moulin, un de ses cousins, 8 mois après la bonne date ! Rien , aucune modification, pas de réponse, aucun échange malgré mon courrier. Cet abonné a pourtant une connexion régulière à Geneanet.
Ces erreurs vont donc se répéter au fil des recopies de généalogistes amateurs, faire référence dans Wikipedia, où l'on pourrait recopier soigneusement le lien vers le généalogiste ayant fait un gros travail sur la famille Daudet ...
Je fournis, bien entendu, à ces personnes, les liens permettant de vérifier mes dires, en particulier celui pointant vers l'acte concerné.
Je me demande alors plusieurs choses, parmi lesquelles : la flemme de modifier un fichier, le refus d'écouter un tiers, le fait que celui qui, à l'origine, avait donné l'information est une personne "de confiance", alors que moi ...
Mais au delà de ça, ce qui m'inquiète le plus, c'est l'ignorance, l'incompétence, l'incapacité. On peut ainsi être capable de mettre en ligne, ou d'avoir été aidé pour le faire, une généalogie, mais on est incapable de la gérer. On peut aussi ne pas savoir à quoi correspond la petite enveloppe dans la barre des menus de Geneanet. On peut aussi être incapable de suivre un lien fourni, de lire un acte ... Toutes tâches simples, mais nécessitant des apprentissages peu appréhendés par la plupart.
Je lisais récemment un billet dans lequel l'auteur prétendait que beaucoup de nouveaux généalogistes abandonnaient après deux ou trois ancêtres, difficilement trouvés. Je veux bien le croire, et cet abandon est dû principalement, à mon avis, à ces incompétences, ces ignorances.
Que va faire une personne qui après deux ou trois ans et le montage, laborieux, à grands coups de souris et d'usure de l'acuité visuelle sur des écrans peu adaptés, publie une belle généalogie que vous allez détruire en deux temps trois mouvements parce que vous lui annoncez qu'elle s'est trompée, dès son grand-père ? Elle gardera l'arbre sur Geneanet, rangera les papiers dans un coin, et passera à l'aquariophilie.
C'est un tribut que nous devons payer à l'informatique et à Internet : la possibilité de pratiquer une activité sans jamais en avoir appris les fondements. Achetons un ordinateur, un abonnement internet et hop, le tour est joué ! Rendons toutefois hommage à quelques associations qui ont compris le phénomène et forment leurs adhérents à ces pratiques ; hommage aussi à quelques initiatives privées permettant une formation moyennant une petite participation fiancière. Car pourquoi vouloir, à tout prix, faire de la généalogie un loisir entièrement gratuit ? Pourquoi ne pas dire que la généalogie coûte ? Un coût de formation, de déplacements, d'hébergement, d'investissement en matériels, d'adhésions. Bien entendu le tout modulable, avec des priorités dont celle, indispensable à mon avis, d'une formation appropriée.
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px
Aller au haut