info acighf 240px
illus 024La technique dite de l'escargot en généalogie porte bien son nom. Du fait que nous progressons en recherche géographique autour de la commune orginelle jusqu'aux communes voisines en agrandissant petit à petit notre rayon d'action, cela s'apparente facilement aux fameuses circonvolutions de notre gastéropode favori. Mais il faut bien également rapprocher cette technique de la légendaire lenteur du petit animal à cornes ... et malheur à celui qui commencera à l'ouest (ou au nord ...) quand la commune qui contiendra l'acte tant désiré est à l'est (ou au sud ...).
L'escargot généalogique consiste à rechercher un acte, de mariage ou de naissance, principalement, dans les communes aux alentours d'une commune connue. Exemple : la famille MARTIN réside à Sainte-Pitre, le jeune MARTIN, né dans la commune, s'est marié avec Jeanne DURAND, ils ont eu un enfant, Georges. On ne connaît pas le lieu de mariage ni celui de la naissance du petit Georges. Bien sûr, le premier réflexe est de consulter les tables décennales de la commune de Sainte-Pitre, et, la plupart du temps, on va retrouver notre mariage ; mais dans notre cas, chou-blanc !
Nous allons donc fouiller les tables décennales des communes avoisinantes, en agrandissant petit à petit notre rayon d'action : c'est la fameuse technique de l'escargot ! Petite parenthèse à ce niveau de recherche au format gastéropode : munissez-vous d'une carte permettant une visualisation, en particulier, des reliefs et des accidents naturels, cela vous évitera de visiter des communes voisines séparées par des éléments infranchissables !

Lire la suite : L'escargot alternatif

illus 023Le généalogiste est, comme nous le savons tous depuis quelques temps déjà, une personne qui effectue des recherches sur la filiation des individus. Et, comme nous l'avons également dit plusieurs fois, ces recherches se complètent en de nombreux domaines pour arriver à une Histoire familiale ; mais cette quête n'est pas une évidence pour tout le monde. En effet, nous croisons dorénavant sur les différents réseaux auxquels nous sommes interconnectés, un grand nombre de généalogistes aux buts peu précis, aux ambitions délirantes, aux collections exhubérantes. Venant de leur part on ne peut que s'attendre à une vague information concernant un de leurs 250.000 individus recensés pour l'instant.
Ces énormités, ces entités généalogiques dégoulinant de toutes parts d'une apocalyptique mise en relation avec des personnages aussi différents qu'Attila, Charlemagne, l'abbé Pierre, Mireille MATHIEU ou Mickey, proviennent de multiples fichiers, de logiciels et sites proposant une aide "précieuse" afin que vous réalisiez le plus parfaitement possible votre généalogie.
Et nous constaterons la disparition de l'imaginaire, de la créativité, de la curiosité. Le généalogiste va s'appliquer à trouver quelques relations pré-mâchées et vous les resservir toutes chaudes enveloppées dans le même papier que celui du voisins du dessus et de la voisine de gauche ! Heureusement, nous ne sommes pas comme cela.
Internet, les logiciels, les réseaux, les bases de données sont là pour nous aider, nous guider, permettre de dénouer des liens pour lesquels il nous aurait fallu des mois, voire des années, de recherche. Mais lorsque tous les éléments sont retrouvés, classés et répertoriés, leur communication ne doit plus être le seul fait d'une machine à fabriquer des lignes de caractères indigestes pour les uns, monotones pour les autres, déjà vues pour la plupart.

Lire la suite : Soyons créatifs

illus 022Quelques contre-vérités - épisode 2

6- Nos ancêtres se mariaient très jeunes
De toute exagération, retenons-nous dans ce domaine. Si nous pouvons effectivement rencontrer quelques mariages dans lesquels les mariés sont fort jeunes, ce n’est pas une généralité à appliquer à tous. Notre société actuelle décale le mariage, ou l’union, et donc les naissances, dans le temps, faisant apparaître nos aïeux, évidemment, comme moins âgés lors de leur union. Au Moyen-Âge, même si l’on pouvait faire des promesses, des fiançailles, on ne peut se marier qu’à partir de 12 ans pour les filles et 14 ans pour les garçons, la Révolution portera cette limite à 13 ans pour les filles et 15 ans pour les garçons, de nos jours le chiffre est porté à 18 ans pour les deux sexes ; mais ces dates ne sont en aucun cas des obligations. Ces modifications révèlent bien sûr des mentalités, des habitudes, des besoins évolutifs dans la période ; le mariage n’est plus synonyme d’émancipation, d’installation sur une terre, ou, dans une situation fixe, de durée de vie moins importante. Nombre de nos aïeux, au XIXe, passaient les obligations militaires avant de se marier.
Nos parents se mariaient donc plus jeunes que maintenant, mais en fonction d’une époque et d’us que nous avons décalés dans le futur ; pour retrouver des mariages d’enfants, comme nous les considérons aujourd’hui, il faudra remonter plus en arrière dans le temps. Par contre, on rencontrera beaucoup de remariages, voire très tard. Rester seul était une contrainte financière que peu arrivaient à supporter.

Lire la suite : In genea veritas (2)

illus 021Quelques contre-vérités - épisode 1

1- Destruction de documents
Les révolutionnaires français n’ont pas détruit tous les registres et les archives en France. Si, effectivement, un certain nombre d’exactions furent commises à travers le pays à cette époque-là, elles n’ont pas été à l’origine de la disparition des archives, en particulier les registres paroissiaux tenus par les curés de nos villes et villages. Quelques épisodes de vengeance auprès de châtelains locaux ont provoqué la disparition de papiers dans lesquels les gens du pays voyaient un pouvoir qui leur porterait du tort, ou bien encore cette destruction pourrait permettre un oubli de paiement d’impôts ... Les tenues en double des registres des baptêmes, des mariages et des sépultures, ont permis de conserver un suivi depuis de nombreuses années.
Les actes de guerre ou d’émeutes ont commis beaucoup plus de dégâts parfois ; preuve en est la destruction de l’état-civil parisien, brûlé en deux endroits, ayant complètement disparu. Sa patiente reconstitution à partir de multiples autres pièces d’archives est un énorme travail qui a mobilisé et mobilise de nombreuses personnes. Plus près de nous, pendant la première guerre mondiale, les nombreux bombardements ayant entraîné la destruction de villes et villages du Nord de la France, sont à l’origine de la perte d’un grand nombre d’archives. Il est donc inutile de dire que, passée la Révolution française nous ne trouvons plus de documents. Il est vrai que ces derniers vont se raréfier avec les années, mais pour d’autres raisons que nous suivrons dans d’autres présentations.

Lire la suite : In genea veritas (1)

illus 020"Mais vous savez mon bon monsieur, il vaut mieux cela que rien du tout !"

Ah que la vérité aussi crue que l'ignorance de ces personnes vous lançant froidement au visage leur dignité froissée par votre réflexion est difficile à appréhender. Que le bénévole soit pardonné de toutes ses fautes relève d'une pauvre volonté de vouloir "bien faire" ; je ne pardonne pas !
Je ne pardonne surtout pas cette ignorance volontaire, cette façon de vous dire : "Mais monsieur, nous ON fait !" Aucun moment de réflexion, aucune problématique, pas de conditions, de méthodologie, uniquement de la bonne volonté avant tout ... Et si l'on s'avise de critiquer, de proposer, de suggérer, malheur à qui l'on s'adresse ! La plupart vous renverront à vos réflexions dures et dommageables pour les bénévoles, ces bonnes âmes qui facilitent votre quotidien.
Mais palsembleu, si vous faites apprendre le parachutisme à de jeunes personnes par un spécialiste de la belote, de très bonne volonté certes, mais qui n'a jamais vu ni un avion, ni un parachute, vous conviendrez qu'il y a problème, non ?
La bonne volonté n'est pas une excuse, c'est une fatalité !
Cette vision, temporaire, souhaitons-le, de l'espace généalogique actuel, se reflète dans les multiples couches de communication dont dispose le chercheur amateur, professionnel ou simple curieux. Et au delà de cette diffusion déformée, parfois inexacte, se retrouvent des organismes pour lesquels on ne soupçonnerait pas la moindre part d'amateurisme claudiquant.
Je viens d'y être confronté !

Lire la suite : Amateur un jour...

illus 019La mise à jour est une opération qui se pratique dorénavant à intervalles réguliers sur nos ordinateurs. La communication de l'événement est si bien menée que l'on vous explique à grands renforts de mots tels que "sécurité", "amélioration", "nouveautés", votre indispensable participation à la mise en place de quelque chose qui va laisser loin derrière tout ce que vous avez connu. Arrivé à ce stade, ma question est : "Combien cela va-t-il me coûter encore ?".
Parce que si le plantage du programme, son manque de sécurité et les bugs apportés par le nouveau stagiaire en développement sont en général assumés et rapidement gommés par un "correctif additionnel de sécurité", la nouveauté, l'amélioration, le fantastique se payent ...
Que vous jouiez à World of Warcraft ou vous serviez d'Heredis, le résultat est le même, il faut évoluer, la lassitude guettant au moindre détour de processeur l'utilisateur lambda. Et que n'allons nous pas nous émerveiller de toutes ces belles choses que le gentil développeur, rentrant frais et dispo, bronzé et le sourire béat aux lèvres, des plages de Palavas-les-Flots, tient à tout prix à nous livrer en pâture. Fruit de nombreux brain-storming et autres allègories du genre, la mise à jour devient donc incontournable mais toutefois un peu moins attendue que le Messie (quoique ...).
Bref, il m'a fallu mettre la main au portefeuille, pas pour WoW, j'ai abandonné, mais pour mon logiciel de généalogie favori. Mais si la version précédente apportait des petites choses aidant le généalogiste, celle-ci n'est pas vraiment réjouissante et n'entrera pas au Panthéon des nouvelles versions (l'eau de mer devait être trop froide !), contrairement à ce que prétend bon nombre de commentateurs.

Lire la suite : Mise à jour 2016

illus 018Afin de prouver une filiation, le généalogiste se réfère à un ensemble d'actes qui lui donne un maximum d'informations sur sa parenté. Les actes les plus couramment interprétés sont ceux de l'état-civil ainsi que les registres paroissiaux, naissances, baptêmes, mariages, décès, sépultures. Afin de complèter ces informations, ou de les découvrir parce que cela n'est pas possible avec ceux cités plus avant, le généalogiste dispose aussi de nombreuses possibilités. Plus ces possibilités sont connues du généalogiste, plus ses chances d'obtenir des résultats sont importantes, le champ d'investigation s'agrandissant, les probabilités de résutats positifs se révèlent d'autant plus facilement.

On ne répètera ainsi jamais assez à tous les généalogistes de bien connaître les outils de recherche mis à disposition, en particulier dans les archives départementales. Internet obligeant, les outils informatiques ajoutent également leur part de possibilités. Le critère chance s'en trouvera grandement augmenté, on viendra même à ne plus en parler mais à réellement évoqué le travail accompli.
Mais il arrive, malgré l'ensemble des moyens connus mis en oeuvre, de ne pas trouver de documents prouvant la filiation de la personne recherchée. En possession seulement d'un acte de décès, sans autre mention que le conjoint de la personne et un âge arrondi il va être très difficile de retrouver la famille. Attention aux homonymies sur les naissances, aux prénoms transformés, aux noms détournés. Mais l'opiniâtreté et la volonté d'aboutir du généalogiste lui feront étudier les familles présentes, les mariages, les décès, les différentes possibilités, les pistes à suivre.

Lire la suite : Intime conviction

illus 017Il est indéniable qu'Internet, et en particulier le web, ont fait évoluer la machine pour la recherche de documents à une vitesse grand V, déployant une multitude d'accès qui n'était pas toujours à la portée du citoyen moyen, celui-là même pouvant également cumuler le statut de campagnard de province. Et donc de pouvoir accéder, compulser, consulter des milliers de livres, d'archives, de documents issus de tous horizons.
Toute notre sollicitude et nos remerciements devraient aller à ces administrations, ces organismes qui nous permettent d'y accéder ; ayant, pour la plupart, programmé de nouvelles lignes budgétaires afin de faire face à ces nouveaux défis numériques et à l'exigence, parfois d'une inconvenance monstrueuse, de ces chercheurs amateurs, goinfres du tout numérique.

Dans ce monde de l'internet où l'éphémère est tout aussi permanent que les traces que nous laissons un peu partout, il est de coutume de voir des sites "en panne", affichant fièrement la mention "Erreur HTTP 404" ou se vantant de leur dernière mise à jour : "juillet 2011". Si ces sites relèvent la plupart du temps de travaux personnels ou d'expériences ayant mal tournées, projets d'individus mal formés, sans connaissance du web, du suivi et de la mise à jour des pages, il ne devrait pas, à mon avis, en être de même des sites plus "officiels".

Lire la suite : Les sites sensibles au bug

Recherches

Gallica GALLICA
Geneanet
GÉNÉANET
Google
GOOGLE
logo geneanaute
Portail généalogique
Décembre 2016
L Ma Me J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31

Visiteurs du site

Aujourd'hui18
Hier409
Semaine2217
Mois3608

Qui est en ligne ?

2
En ce moment

dimanche 11 décembre 2016 01:13
12 Déc 2016 - 12 Déc 2016
Visite des AD 31
Toulouse (31)
12 Déc 2016 - 12 Déc 2016
Visite des AD 44
Nantes (44)
13 Déc 2016 - 13 Déc 2016
Archives judiciaires initiation
Nantes (44)
15 Déc 2016 - 15 Déc 2016
Initiation à la généalogie
Saint-Gaudens (31)
17 Déc 2016 - 17 Déc 2016
Comment présenter sa généalogie
Le Havre (76)
03 Jan 2017 - 03 Jan 2017
Initiation à l'Héraldique
Dijon (21)
10 Jan 2017 - 10 Jan 2017
Archives judiciaires initiation
Nantes (44)
13 Jan 2017 - 13 Jan 2017
Atelier sur le cadastre
Saint-Étienne (42)
16 Jan 2017 - 16 Jan 2017
Atelier premiers pas aux AD
Saint-Étienne (42)
16 Jan 2017 - 16 Jan 2017
Visite des AD 31
Toulouse (31)
info passion logo-240px
info soirat-240px
info pasarea-240px